Dans un écosystème de l'aide qui évolue rapidement, comment aider les organisations humanitaires* à mieux recruter, fidéliser et développer des équipes compétentes ? Comment aider les individus à mieux comprendre comment intégrer le secteur humanitaire et être efficaces pour les personnes vulnérables ? Comment aider les acteurs de l’apprentissage à mieux cibler les besoins les plus urgents ?


Avec le projet The State of Humanitarian Professions 2020, Bioforce partagera avec la communauté humanitaire une étude de référence sur le recrutement, le développement professionnel, la reconnaissance et les parcours individuels de carrière. 


Nous le savons tous, de nombreux changements sont en cours dans le secteur humanitaire : donner plus de pouvoir et de contrôle aux acteurs locaux, veiller à ce que les travailleurs humanitaires et les communautés soient protégés, utiliser de nouvelles approches et technologies.... Pour réussir ces défis, la communauté humanitaire doit s'assurer un niveau de professionnalisme suffisant, et que chacun intervient avec les compétences nécessaires. Une reconnaissance des métiers existants, ainsi qu’une compréhension croissante des compétences requises pour ces fonctions, aideront les organisations et les individus à s'adapter aux nouveaux défis et, à terme, à mieux répondre aux besoins des personnes vulnérables. 


Si certaines initiatives cherchent à donner plus de visibilité aux métiers et parcours dans l’action humanitaire (HPass, CLONG-Volontariat, ELRHA), il n’existe à ce jour aucune publication holistique, exhaustive et prospective sur ce thème. Acteur de la professionnalisation du secteur humanitaire, Bioforce a lancé en 2019 la première étude internationale sur les métiers de l’humanitaire avec le soutien de la Coopération internationale de Monaco.
Le projet The State of Humanitarian Professions 2020 (SoHP 2020) dressera un état des lieux approfondi de 24 professions humanitaires et de leur avenir (fonctions typiques, caractéristiques, nombre de personnes travaillant dans chacune d'elles, caractéristiques, rapport entre l'offre et la demande de personnel, changements à venir, nouvelles professions, professions en voie de disparition...). SoHP 2020 permettra également d’identifier les compétences fondamentales communes à toutes les professions humanitaires, leur évolution et leur avenir. 


Bioforce et le comité consultatif de SoHP 2020 (Humanité et Inclusion, NRC, ALNAP, CHS-Alliance, PHAP, CICR, PAM...) sont déterminés à consulter le plus largement possible les acteurs humanitaires : ONG nationales et internationales, agences des Nations Unies, Mouvement Croix Rouge et Croissant Rouge ; autres acteurs impliqués dans la gestion des crises humanitaires, représentants des professionnels humanitaires (PHAP, réseau Bioforce Alumni, etc.), les réseaux et clusters professionnels et les acteurs clés de la professionnalisation et de l'apprentissage (HPass, Humanitarian Leadership Academy, organismes de formation, universités, etc.)

Un examen des données et publications existantes a constitué le point de départ de l'étude. Cet examen a été suivi par :

  • une étude basée sur plus de 90 entretiens avec des informateurs clés dans les 24 domaines professionnels identifiés ;
  • une enquête auprès de praticiens actifs de l'humanitaire (750 réponses) ;
  • et pour compléter les informations recueillies, 11 ateliers dans le monde entier (France, Suisse, Sénégal, Sierra Leone, Royaume-Uni, Bangladesh, Ouganda, Burkina Faso, États-Unis, Colombie) afin de s'assurer que l'étude a bien pris en compte les apports et les idées du terrain, de différentes zones géographiques et de différents types de contextes humanitaires.

Nous serons heureux de partager et de discuter des résultats de cette étude de référence lors d’une conférence internationale à Genève à l’automne 2020. Nous souhaitons également enrichir cette étude en partageant lors de la conférence les leçons tirées de la crise du Covid-19 et leur impact sur les professions humanitaires.



*Telles que définies dans le State of the Humanitarian System 2018 d’ALNAP.


L'étude en détails

​​​​​​​



Ce qui a déjà été fait

- Une étude basée sur plus de 90 interviews avec des informateurs clés, sur les 24 domaines professionnels que nous avons identifiés

- Une enquête auprès de praticiens humanitaires actifs pour laquelle nous avons eu 750 réponses

- Et maintenant, pour compléter les informations recueillies jusqu'à présent, un certain nombre d'ateliers locaux dans le monde entier pour s'assurer que l'étude saisit les apports et la vision du terrain, de différentes zones géographiques et de différents types de contextes humanitaires


La dernière étape sera une conférence, à Genève à l'automne 2020.


Les ateliers

De nombreux ateliers sont actuellement réalisés partout dans le monde :

En Europe :

France (Annemasse, Lyon, Paris), Royaume-Uni (Londres), Suisse (Genève)

En Afrique :

Burkina Faso, Ethiopie, Kenya, République Centrafricaine, Ouganda, Sénégal (Dakar)

Au Moyen-Orient :

Jordanie, Liban

En Asie :

Bangladesh, Inde, Malaisie 

Sur le continent américain :

Colombie, États-Unis (Washington)


Les métiers de l'humanitaire sont en constante évolution et l'écosystème de l'aide humanitaire a évolué rapidement avec un fort impact sur l'organisation de la réponse et les profils du personnel déployé.

Parmi ces évolutions clés :

  • L’utilisation croissante de moyens technologiques dans les activités opérationnelles
  • La prise en compte de nouveaux acteurs (protection civile, secteur privé ...) et l'importance croissante des acteurs nationaux/locaux
  • L’Évolution des contextes d'intervention, notamment en matière de sécurité
  • Des changements dans le système lui-même avec l'impact du Grand Bargain visant à plus d'efficience et d'efficacité, des changements dans les politiques des donateurs (audits, rapports ...), des normes de qualité ...

En outre, le nombre d'organisations et de personnes engagées dans l'aide humanitaire a considérablement augmenté, comme le souligne le dernier rapport de l'ALNAP sur "L'état du système humanitaire".

Tous ces changements ont un fort impact sur les professions humanitaires :

  • Au sein des fonctions existantes (fonctions techniques, d'appui et de gestion de la coordination) qui doivent évoluer 
  • Avec la création de nouveaux métiers pour répondre aux évolutions de l'écosystème



Pouvoir anticiper l’évolution des métiers de l'humanitaire est un élément clé de la qualité de la réponse humanitaire.

Les capacités de ceux qui interviennent dans les crises humanitaires déterminent la qualité de l'aide, sa pertinence, son efficacité et sa durabilité, et sont essentielles à l'application efficace des principes humanitaires.

Les organisations s'efforcent non seulement d'identifier les connaissances et compétences techniques spécifiques à chaque fonction, mais aussi, plus globalement, les connaissances, compétences et comportements transversaux partagés entre les différentes fonctions au sein de leur structure.

Pour que leur action reste pertinente, les organisations humanitaires ont besoin de visibilité sur la manière dont leur structure devra fonctionner - et avec quelles compétences.


Le besoin de professionnalisation et de formation

L'expérience et les approches empiriques constituent depuis longtemps l'essence de l'apprentissage et de la formation au sein des organisations humanitaires. La pratique traditionnelle dans le secteur a longtemps été basée sur l'idée que la " formation " des nouveaux professionnels doit se faire sur le terrain et sur le lieu de travail.

Aujourd'hui, les organisations humanitaires expriment un besoin de personnel formé et compétent. Elles ont développé une culture d'efficacité et de professionnalisme et cherchent à recruter des personnes déjà formées et opérationnelles.

La cartographie/identification des différentes fonctions/professions du secteur, leur évolution et les compétences associées, est essentielle pour mesurer les besoins en termes de professionnalisation et de solutions de formation pertinentes. 


Le manque de visibilité sur les métiers de l'humanitaire et leur évolution constitue un véritable défi pour les employeurs mais aussi pour les individus.

Malgré quelques initiatives visant à donner plus de visibilité aux différents métiers et parcours du secteur humanitaire, il n'existe pas de référence permettant d'avoir une vision globale et exhaustive des métiers de l'humanitaire, de leur évolution, des critères et pratiques de recrutement, des solutions de formation associées et des parcours professionnels.

L'initiative SOHP 2020, qui est soutenue par un groupe consultatif comprenant la CHS-Alliance, l'ALNAP, le PHAP et un certain nombre d'organisations intervenant dans le secteur, fournira une publication de référence à l'échelle du secteur sur les tendances actuelles des professions humanitaires. 

Cette étude nous donnera des éléments sur :

- Les débats et réflexions actuels sur la signification des " professions humanitaires ", leur identité par rapport aux " professions " d'autres secteurs, et les liens entre les approches et les opérations humanitaires et de développement

- Un instantané sur 24 domaines de la profession humanitaire

- les tendances au sein des professions humanitaires - ce qui change et ce qui est à l'origine de ce changement

- l’ identification des connaissances, des compétences et des comportements communs essentiels dans toutes les professions humanitaires

- les tendances en matière de recrutement et de développement professionnel.


En savoir plus sur le sujet