Réfugiés du Darfour dans l'est du Tchad

Former sur les théâtres de crise, former là où l'accès aux populations est complexe : c'est l'objectif qu'a poursuivi Bioforce en 2017 en RCA, mais aussi dans les pays du bassin du Lac Tchad frappés par les conséquences désastreuses de la présence de Boko Haram.

Au total, ce sont 372 acteurs nationaux qui ont pu développer avec nous leurs compétences en gestion de projet, gestion financière, management des ressources humaines, formation de formateur et logistique. Si 86% travaillent pour une organisation internationale (ONG, agence des Nations Unies...), 7.5% pour une organisation nationale ou communautaire, 6.5% pour le secteur public ou privé national, leur démarche de formation est pour une grande majorité d'entre eux personnelle. Un investissement qu'ils jugent utile puisque tous estiment avoir doublé leur niveau de compétences en fin de formation. Merci à ces 372 participants qui nous ont fait confiance et merci à nos partenaires opérationnels, l'Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et l'Emploi, Oxfam NigerAction contre la Faim Tchad et Solidarités International Centrafrique sans qui il aurait été impossible de mettre en oeuvre ces dispositifs de formation sur le terrain !   

Sur 1265 inscrits, nous n'avons pu en accueillir que 372 : en 2018, nous nous mobiliserons pour trouver les solutions d'un accès encore plus grand à la formation pour ces acteurs de première ligne. Il est temps que le développement des compétences de ceux qui se mobilisent pour les populations les plus fragiles soit mieux considéré et financé : #formersauvedesvies !

En savoir plus sur l'impact de ces actions de formation

0 Commentaires
déc 21, 2017 By Bioforce